LES ORIGINES ROMAINES

L’étude archéologique des vestiges du Parc de la Reine effectuée par Alessandri en 1993, permet d’attester du développement d’une activité thermale dés la fin du premier siècle avant J.C., peu après la conquête par le proconsul romain Domitius sur les Volsques de ce qui sera plus tard le Languedoc. L’établissement thermal était alors constitué sur deux étages de quatre bassins et deux piscines, dont une rectangulaire et couverte d’une mosaïque bicolore blanche et noire. L’étage inférieur est visible dans le soubassement de la piscine actuelle. Bien sûr, l’établissement a été remanié au cours de l’exploitation romaine, mais il paraît assuré que pour son fonctionnement, était utilisé une eau mélangée provenant du captage de la source thermale chaude de la Reine et de la dérivation des eaux à basse température, de la rivière Salz. Les diverses structures thermales et les vestiges romains décrits, d’après le curé Delmas, par Gourdon et Courrent, permettent de penser que Rennes-les-Bains était alors une station thermale importante de la Gaule Narbonnaise. Son nom, Redda, fut attribué plus tard à l’oppidum Visigoth de Rennes le Château, capitale du comté, qui s’appellera des lors tout naturellement, le Razès.