LA FAUNE ET LA FLORE

LA FLORE

Les espèces protégées présentes ou potentielles sont : Arabis alpina, Centaurea cyanus, Coeloglossum viride, Equisetum hyemale, Gentianella ciliata, Hieracium bourgaei, Hieracium subsericeum, Lathyrus vernus, Medicago hybrida, Ophioglossum vulgatum, Orchis provincialis, Polystichum lonchitis, Potentilla crantzïï, Scilla lilio-hyacentus, Scorzonera austriaca, Sempervirum tectorum, Spergularia media, Veronica montana.

En Mars 2016 jours une étude scientifique très poussée a été publiée dans la très célèbre et reconnue revue scientifique "Nature" : " The origin of hypochromium forms of Ophrys " De l’origine des formes hypochromes de certaines ophrys, Dorado et al. ; Nature 2016, dans son volume 531, N° 7595 pages 431 à 434. L’auteur de cet article, un chimiste espagnol de renommée internationale, M. Fidel Dorado, nous révèle un mystère qui a longtemps intrigué les naturalistes et tout particulièrement les orchidophiles. Nous-mêmes avons trouvé régulièrement des fleurs d’Ophrys très jaunes ou complètement jaunes. On les dit flavescentes ou encore hypochromes. Pour en revenir aux résultats de notre chimiste, il a analysé aussi bien la composition chimique de la fleur que celle du bulbe. Et là, la découverte est stupéfiante. Cette coloration est due à une teneur anormalement élevée d’or qui a été fixée par la plante. Ainsi, certains bulbes recèleraient près de 500 microgrammes d’or. Ensuite, notre chercheur a développé ses recherches en analysant le sol où poussaient les spécimens concernés. Là encore, nouvelle surprise ! A chaque fois un filon d’or était présent, mais souvent de faible taille. Au moment où débute la saison des orchidées, il y a fort à parier que ces résultats vont faire du bruit. Pour notre département, où les orchidophiles viennent de la France entière, c’est une véritable pépite touristique qui a été découverte. Plus contraignant, les orchidophiles devraient avoir l’obligation de déclarer auprès du BRGM (bureau de la recherche géologique et minière) toutes nouvelles stations d’Ophrys flavescentes. Alors une bonne ou une mauvaise nouvelle ? L’avenir nous le dira. L’équipe d’Aude Claire.

Fédération Aude Claire, 32 rue des Augustins, 11300 Limoux Tel : 04.68.31.29.20 http://www.audeclaire.org/

LES ESSENCES FORESTIERES

La forêt de Rennes-les-Bains est peuplée des essences forestières suivantes : le pin laricio, le pin maritime, le chêne rouge d’Amérique, le châtaigner, le chêne pubescent, le chêne vert et le hêtre.

LA FAUNE SAUVAGE

Sont potentiellement présentes des espèces comme la bondrée apivore, le milan noir, le circaète Jean le Blanc, l’aigle royal, le faucon pèlerin, l’aigle botté, le grand duc, l’engoulevent, la fauvette pitchou, la pie-grièche écorcheur, le grave à bec rouge, le bruan ortolan...

Depuis plus de 15 ans, la LPO Aude s’investit dans la préservation des populations de rapaces nécrophages dans le département de l’Aude. Notamment par des actions de surveillance et de sécurisation des disponibilités alimentaire en relation étroite avec les éleveurs. Là où seul le Percnoptère d’Egypte nichait, aujourd’hui le département de l’Aude accueille trois des quatre espèces nicheuses de vautours d’Europe : Percnoptère d’Egypte, Vautour fauve et Gypaète barbu ; le Vautour moine est observé régulièrement mais aucun indice ne laisse encore supposer sa nidification.

La Commune de Bugarach, fief de ces rapaces, le Département de l’Aude et la Communauté de Communes du Pays de Couiza, avec l’expertise de la LPO Aude, ont eu la volonté de faire découvrir au plus grand nombre ces fabuleux planeurs ainsi que la pratique de l’équarrissage naturel en relation étroite avec les éleveurs de la région.

Un observatoire pourvu de panneaux explicatifs a donc été aménagé à cet effet sur Bugarach. Il se trouve au pied de la falaise de la Falconnière, en plein cœur d’un Espace Naturel Sensible du Département de l’Aude. Les visiteurs peuvent y accéder gratuitement tout au long de l’année tandis que les vautours disposent d’un placette d’équarissage et d’un doctoir dans la falaise.
- Yves Roullaud Chargé d’études LPO Aude yves.roullaud.aude@lpo.fr Tél 06 37 03 69 01 Site web : http://aude.lpo.fr

En ce qui concerne les insectes, on peut penser à la présence de deux espèces remarquables :

le carabus croesus, hybride naturel entre le carabus hispanus présent sur le piémont pyrénéen et le sud de la montagne Noire, et le carabus rutilans présent dans le département des Pyrénées-Orientales.

la rosalie des Alpes, espèces reconnue en danger dans de nombreux pays d’Europe et se raréfiant dans bon nombre de stations en France, notamment en plaine.

D’autres espèces ( vertébrés) sont présentes dans la forêt : avifaune : pics, rapaces diurnes et nocturnes, bécasse, palombe, grive, bécasse, perdrix...

faune terrestre : renard, blaireau, lapin, lièvre, sanglier, chevreuil...